Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Emotions Résiduelles

Chroniques du pire et du meilleur

Publié le par Patrice Rey

La Place

En ce chaud La Placemois de mai
Sur la plac' de l'espoir,
Ils se sont rassemblés
Pour fêter la victoire.
Les frontistes ont gagné.
Ils exultent et ils chantent,
Leurs espoirs retrouvés,
D'une Franc' flamboyante.

N'oubliez surtout pas,
Votre choix, votre vote,
Ne vous étonnez pas,
De ces chants patriotes.
Vous les avez choisis,
En leur donnant vos voix
A présent les voici,
Ne vous en plaignez pas !


Sous la pluie de novembre,
Quelques-uns sont venus,
Voulant se faire entendre,
Sur la plac' du refus.
La police est partout.
La liberté se meurt.
Ils dénoncent le joug,
D'une France qui pleure.

N'oubliez surtout pas,
Votre choix, votre vote,
Ne vous étonnez pas,
Des milices qui rodent.
Vous les avez choisis,
En leur donnant vos voix
A présent les voici,
Ne vous en plaignez pas !


Février se finit,
Dans le froid de l'hiver,
Sur la plac' de l'oubli,
Pas une âme, le désert.
Il n'y a plus d'opposant
Et les geôles sont pleines
Chacun pleure ce temps,
D'une France en peine.

N'oubliez surtout pas,
Votre choix, votre vote,
Ne vous étonnez pas,
Des prisons qui se montent.
Vous les avez choisis,
En leur donnant vos voix
A présent les voici,
Ne vous en plaignez pas !


Nous voila en juillet,
Au soleil de midi,
La plac' du défilé,
C'est parée de kaki.
Pour vous qui regardez,
S'éloigner vos enfants,
La guerre est déclarée,
Ils y vont bien en rang.

N'oubliez surtout pas,
Votre choix, votre vote,
Ne vous étonnez pas,
De tous ces bruits de bottes.
Vous les avez choisis,
En leur donnant vos voix
A présent les voici,
Ne vous en plaignez pas !
 

Publié dans Tristesse

Commenter cet article

Michèle 29/04/2017 07:22

.J'espère que ce poème ne soit pas la triste vérité !!!!.....