Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Emotions Résiduelles

Chroniques du pire et du meilleur

Publié le par Patrice Rey

Histoire de lapins

Il était unHistoire de lapinse fois
Un pays très lointain
Où vivait près d'un bois
Un peuple de lapins.

Une source constante
Abreuvait le terrain
Et une herbe abondante
Répondait à la faim.

Tout n'était qu'harmonie
Chez nos amis lapins,
Qu'ils soient noirs, blancs ou gris,
Chacun se sentait bien.

Mais un jour, sans raison
La source se tarit.
Et l'abondant gazon
Se sécha et jaunit.

Nos lapins affamés
Tinrent une réunion,
Dans l'espoir de trouver
La bonne solution.

Certains voulaient partir,
D'autres voulaient rester,
Mais pour tous l'avenir,
Semblait sombre et bouché.

Puis un gros mâle blanc
S'avança et leur dit :
"J'ai pensé a un plan
Écouté mes amis.

Puisque la nourriture
N'est plus en quantité,
Il nous suffit d'exclure
Certains pour les chasser.

Ainsi nous serons moins,
Chacun pourra manger,
Et nous n'aurons plus faim,
Ça je vous le promets.

Que tous les lapins noirs
Demain quittent le champ,
Alors vous pourrez voir,
Se nourrir vos enfants."

Les lapins blancs et gris
Donnèrent leur accord,
Et le jour qui suivit
Mirent les noirs dehors.

Mais l'eau ne revient pas !
Et poussée par la faim,
La haine s'installa,
Chez nos amis lapins.

Une guerre de clan,
Un matin éclata.
Opposant gris et blanc,
Dans un violent combat.

Ils s'affrontèrent alors,
Dans d'horribles batailles,
Qui semèrent la mort,
Meurtres et représailles.

Quand les combats cessèrent,
Le groupe survivant,
Du quitter cette terre
Pour nourrir ses enfants.

Il suivit donc le lit,
De l'ancienne rivière,
C'est là qu'il découvrit,
L'immense tas de pierres.

Celui qui obstruait,
Le trou depuis des mois,
Empêchant de couler,
L'eau un peu plus bas.

Il leur aurait suffi,
De déplacer les pierres,
Pour retrouver la vie,
Qu'ils connaissaient naguère.

Mais leur nombre à présent,
Grandement limité,
N'etait plus suffisant,
Pour pouvoir l'assumer.

Moralité :

Pour résoudre un problème,
Mieux vaut se rassembler,
Et ignorer la haine,
Qui veut nous diviser.

Publié dans Colère

Commenter cet article