Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Emotions Résiduelles

Chroniques du pire et du meilleur

Publié le par Patrice Rey

Le ventre du monde

Le ventre du monde

D’où croyez-vous venir, bipèdes inutiles ?
D’un doigt surnaturel ? D’un rite liturgique ?
Croyez-vous que vos vies, petites et futiles,
Soient arrivées sur terre, par un acte magique ?

De ce ventre honni, prétendument coupable,
Comme chacun de nous, vous êtes un jour sortis.
Et de ce sein impie, que vous traitez en diable,
S’est répandu le lait, qui vous a donné vie.

En signe de respect, envers ces femmes qui,
Pour devenir vos mères, ont souffert dans leur chair,
Vous devriez baiser, les pieds de celles qui,
Demain vont à leur tour, endurer ce calvaire.

Vous les jugez chétives, faibles et inférieures,
Mais moi je vous le dis, vous valez cent fois moins,
Et n’importe laquelle, est sur vous bien meilleure,
Qu’elle soit mendiante, ménagère ou putain.

Car elle porte en elle, l’étincelle de vie,
Qui perpétue les hommes de toute éternité,
Alors que vous brisez, écrasez à l’envi,
Pour asseoir votre poids sur notre humanité.

Au-delà des souffrances, au-delà des douleurs,
Qui supplicient leur ventre, et déchirent leur corps,
Elles donnent la vie, au péril de la leur,
Par amour d’un enfant, qui n’est pas là encore.

Faut-il donc que les hommes, soient de purs imbéciles,
Pour maltraiter ainsi, sous toutes latitudes,
Ces êtres merveilleux, si forts et si fragiles,
En invoquant un dieu, ou juste une habitude.

Regarde cette femme, pauvre type hystérique
Que tu bats chaque soir avec application.
Regarde cette femme, religieux fanatique,
Brimée par ta bêtise, jusqu’à l’aliénation.

Ecoutez leurs sanglots, écoutez-les pleurer,
Pour que gonfle le cours de votre vanité.
Chacune de ces larmes, est un affront jeté,
A la face du monde et de l’humanité.

Publié dans Colère

Commenter cet article