Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Emotions Résiduelles

Chroniques du pire et du meilleur

Publié le par Patrice Rey

Métro, métro.

Métro, métro.

Ils sont stressés,
Et ils s'agitent.
Ils sont pressés,
Faut aller vite !

Et tous ils courent
Dans les couloirs.
Nul ne savoure !
Nul ne veux voir !

Les yeux figés,
Comme un miroir.
Le son poussé,
Comme un rempart.

Moi je suis là.
Presque immobile.
Je suis sans voix,
L'air imbécile.

Je les regarde
Se démener,
Sans en comprendre
Tout l'intérêt.

Comme un mérou
Alluciné,
En plein mois d'août,
À Saint-Tropez.

Publié dans Mélancolie

Commenter cet article