Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Emotions Résiduelles

Chroniques du pire et du meilleur

Publié le par Patrice Rey

Le Néant

Le Néant

Ses deux mains agrippées
Sur le volant.
Ses yeux tristes fixés
Sur son néant.

Son esprit est ailleurs,
Il n'est pas là.
Et là, dedans son coeur
Souffle le froid.

Ce soir, c'est vendredi,
Mais rien ne presse.
Ce week-end comme il dit,
Y a sécheresse.

Depuis qu'elle est partie
Avec ses deux enfants
Chaque jour il survit
Au milieu d'un néant.


Il sait ce qui l'attend,
Ce soir chez lui.
Le vide et le néant,
Pas un seul bruit.

Aucun rire, aucun chant,
Aucune envie.
Dans cet appartement
Privé de vie.

La porte s'ouvrira,
Sur leur absence.
Et rien ne couvrira
Ce lourd silence.

Avec ses deux enfants
Chaque jour il survit
Au milieu d'un néant.


Alors comme toujours,
Comm' chaque soir.
Il va faire le tour,
De tous les bars.

Cherchant à endormir
Pour quelques heures.
Ce besoin de leurs rires
Et de leurs pleurs.

Ce vide sidéral
Au fond de lui.
Ce manque viscéral
Qui le détruit.

Depuis qu'elle est partie
Avec ses deux enfants
Chaque jour il survit
Au milieu d'un néant.


Ses enfants sont là-bas
Avec leur mère.
On lui a pris le droit
D'être leur père.

Ses enfants sont si loin
Si loin de lui.
Qu'il crève de chagrin
Et de whisky.

Il vit dans un néant
Ils sont partis.
Il vit dans un néant
Ils sont partis.

Publié dans Révolte

Commenter cet article